Claudia Sheinbaum, première femme présidente du Mexique

Claudia Sheinbaum

 

" Je vais devenir la première femme présidente de la République en 200 ans

"Je ne vais pas vous décevoir": la candidate de la gauche au pouvoir Claudia Sheinbaum est entrée dans l'histoire dimanche, en étant élue haut la main première présidente dans l'histoire du Mexique, avec pour défi de contenir le fléau du narcotrafic et la violence envers les femmes.

L'ex-maire de Mexico, 61 ans, remporte une victoire écrasante avec 58 à 60% des voix, d'après les premiers résultats partiels de l'Institut national électoral (INE) chargé de l'organisation du scrutin.

Portée par la popularité du président sortant, Claudia Sheinbaum devance largement sa rivale de l'opposition, l'ex-sénatrice de centre droit Xochitl Galvez, qui obtient entre 26 et 28% des voix, d'après ces premiers résultats annoncés par la présidente de l'INE Guadalupe Taddei. Le centriste Jorge Alvarez récolte entre 9,9% et 10,8% des voix.

"Je vais devenir la première femme présidente de la République en 200 ans", en référence à la date de l'indépendance en 1821, a déclaré Mme Sheinbaum en promettant de "continuer à construire un véritable Etat-providence".

Sa rivale Xochitl Galvez a indiqué qu'elle l'avait appelée "pour reconnaître les résultats de l'élection".

Scientifique de 61 ans, l'ex-maire de Mexico prendra le 1er octobre le relais de son mentor en politique, le président sortant Andres Manuel Lopez Obrador, pour un mandat de six ans jusqu'en 2030.

Le président sortant Lopez Obradro a félicité Claudia Sheinbaum, la présidente élue "possiblement avec le plus de voix dans toute l'histoire de notre pays". Le Mouvement pour la régénération nationale (Morena) et ses alliés obtiennent par ailleurs la majorité qualifiée au Congrès, "et très probablement aussi" au Sénat, a indiqué Mme Sheinbaum.

Morena garde également la ville de Mexico, le fief de la gauche au Mexique depuis 25 ans, avec la victoire de sa candidate Carla Brugada.

Dans la nuit, Mme Sheinbaum est passée saluer ses partisans réunis sur Zocalo, la grande place dans le centre de Mexico.

Au moins 25 candidats ont été assassinés pendant la campagne, d'après le comptage de l'AFP arrêté samedi.

 

AFP