"Le pouvoir en place se croit tout permis", selon Dr cheikh tidiane seck

Dr cheikh tidiane seck

 

"Le CSN dénonce les décisions annoncées lors du dernier Conseil des ministres

Le Bloc National des Démocrates du Dr Cheikh Tidiane Seck tire sur le président Bassirou Diomaye Faye et son régime. Dans un communiqué, Dr Cheikh Tidiane Seck et Cie accusent le président Diomaye Faye et l'ancien chef d'état Macky Sall de complot sur l'amnistie. Ils dénoncent les décisions annoncées lors du dernier Conseil des ministres du 17 avril 2024. Et invitent les patriotes à tenir prêt.

Actu221.net vous livre in extenso le communiqué.

"Le Conseil Supérieur National (CSN) du Bloc National des Démocrates suit avec intérêt les décisions impulsées par le Président de la République. Tout en notant une volonté de changement dans les pratiques de l’État, le CSN attire l’attention du pouvoir et de l’opinion nationale et internationale sur les dérives qui commencent à s’installer dans notre pays au profit d’une liesse populiste et unanimiste. Le pouvoir en place se croit tout permis à cause d’une absence notoire de contre-pouvoir, danger pour la démocratie et l’Etat de droit. Tout en réaffirmant son ancrage dans la bonne gouvernance dont la reddition des comptes est l’un des piliers, le CSN dénonce les décisions annoncées lors du dernier Conseil des ministres du 17 avril 2024.

En effet, la loi n° 2024-09 du 13 mars 2024 portant amnistie, négociée entre l’ancien et l’actuel pouvoir, efface des crimes de sang, des crimes économiques qui ont valu au Sénégal une stagnation de sa croissance économique. Comment peut-on négocier l’amnistie d’actes aussi ignobles entre 2021 et 2023 pour ensuite poursuivre des actes supposés de mal-gouvernance ? L’injustice et l’iniquité, tant dénoncées, refont surface.

Pour le parallélisme des formes, pour la justice et l’équité, la décision de publier tous les rapports des institutions de contrôle devrait être accompagnée d’un projet de loi qui abroge la loi d’amnistie pour faire la lumière sur les évènements sans précèdent et traumatisants de juin 2021 et mars 2023, sinon il est clair qu’à la place des redditions de compte nous allons assister à un règlement de compte. C’est cette dangereuse règle de la vengeance des vainqueurs sur les vaincus qui est en train de prendre forme. Il en est de même de cette scélérate loi sur les lanceurs d’alerte qui non seulement met en doute la crédibilité de nos organes de contrôle à tous les niveaux de l’administration mais aussi va ouvrir la porte à des conflits personnels et collectifs qui finiront par plomber l’administration.

Le BND / Xel ak Koom, fidèle à ses principes de justice, d’équité et de responsabilité, met en garde le Président de la République, seul comptable devant la nation, à ce qui ressemble à une politique de ‘’deux poids deux mesures’’ tant décriée. Il demande à tous les patriotes épris de paix, de justice et d’équité à se tenir prêts pour contrer les dérives du régime du Président Bassirou Diomaye Diakhar FAYE qui finiront par ramener la tension dans l’espace social et politique.

Le BND/Xel ak Koom appelle ses militants, ses alliés ainsi que tous les patriotes à se tenir prêts pour continuer le combat contre l’inquisition, l’injustice et l’iniquité."