Ousmane Sonko répond à ses détracteurs

Ousmane Sonko

 

"La liberté de la presse a des limites

Le président du Pastef Ousmane Sonko ne rate jamais l'occasion pour répondre à ses détracteurs. Par ailleurs premier ministre il a profité de la conférence politique de la Jeunesse patriotique du Sénégal (Jps) sous le thème : "Apport de la jeunesse dans le projet " pour apporter des réponses sur plusieurs questions soulevées par des opposants, la société civile, des patrons de presse entre autres.

Le chef des patriotes a réitéré son pardon sur tout ce qu'il a eu à subir et invite à celui où celle qui peut donner pour soulager son cœur. Mais il précise que justice sera faite pour les victimes de "meutre, d'assassinat, les détournements de deniers publics..."

Sur la réduction des denrées alimentaires qui hante le sommet des ménages qui est une promesse électorale. "Ceux qui crient, ils ont dilapidé ce pays pendant 12 ans et ils nous demandent de changer et de corriger leur incompétence en 2 mois". Ousmane Sonko  annonce que "d'ici quelques semaines, probablement cette semaine nous allons dire aux sénégalais les mesures qu'on a pris pour réduire les prix des denrées alimentaires" Toutefois, il rappelle qu'un pays ne peut pas maîtriser ses prix s'il n'a pas une autosuffisance alimentaires dans l'agriculture, l'élevage, la pêche et l'industrie etc.

Les patrons de presse ont obtenu une début de réponse sur leur requête concernant la dette fiscale. Pour le Président du Pastef, il n'est pas question d’éponger cette dette qui selon lui est un détournement de deniers publics punie par la loi pénale. Il en a encore saisi pour solder ses comptes avec une partie de la presse avec l'affaire du général Souleymane Kandé. Ousmane Sonko invite les professionnels des médias à relire l'article 13 du code de la presse et menace les journalistes qui diffusent de fausses informations. "On ne laissera plus un journaliste ou une maison de presse raconter du n'importe quoi sur les gens. La liberté de la presse a des limites", a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les deniers publics et la rédition des comptes, Ousmane Sonko promet une transparence dans la gestion et annonce des poursuites après le nettoyage de la justice. Des hommes politiques et autres détracteurs ont dénoncé les audiences du Premier ministre Ousmane Sonko accordées aux diplomates accrédités au Sénégal. Ils estiment que c'est un domaine exclusivement réservé au président de la République Bassirou Diomaye Faye. Certains ont décidé de saisir le Conseil constitutionnel. Le chef du gouvernement renseigne qu'il va continuer à recevoir les diplomates parce que "c'est le président Bassirou Diomaye Faye qui m'a demandé de recevoir des ambassadeurs accrédités au Sénégal. Dans un pays normal, le Premier Ministre que je suis ne les reçoit pas parce qu'il ne sont pas mes alter égo. C'est un conseiller à la Primature qui devait les recevoir et après rendre compte au premier ministre ".

L'opposition en l'occurrence les cadres de l'Apr a demandé de libérer le président Bassirou Diomaye Faye de l'emprise d'Ousmane Sonko. Une déclaration vue comme une stratégie pour semer la zizanie et le doute entre Sonko et Diomaye. Ousmane Sonko a fait savoir hier que rien ni personne ne pourra le séparer du chef de l’État Diomaye Faye. "La mère de la mère de celui qui va séparer Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye n'est pas encore née", dit-il.

La jeunesse Sénégalaise, Ousmane Sonko les félicite pour leur détermination et leur engagement pour la défense du Projet. Il les invite à se mobiliser pour des actions citoyennes. "C'est cette formidable énergie qui a porté le Projet, qui a protégé les porteurs du Projet, il faut désormais qu'on la transforme à une énergie de construction de notre développement. C'est ça qu'on attend de la jeunesse"."Vous la jeunesse du Sénégal, toute l'Afrique et le monde entier vous envient. Vous êtes des héros ", a-t-il conclu.