Un pas historique : La Palestine ouvre son ambassade à Madrid

Palestine

 

La reconnaissance en soi n’est pas un objectif

La reconnaissance de l'État palestinien par l'Espagne intensifie les tensions avec Israël, qui limite l'activité consulaire espagnole à Jérusalem.

Mardi 28 mai, une reproduction de "Guernica" de Picasso, peinte en rouge et vert – les couleurs de la Palestine –, ornait le mur d'une salle où des dizaines de journalistes s'étaient rassemblés. Cet événement marquait la transformation de la délégation générale de la Palestine en Espagne en une ambassade officielle.

Husni Abdel Wahed, représentant de l’Autorité palestinienne en Espagne depuis 2022, a tenu sa première conférence de presse en tant qu'ambassadeur quelques heures après que l'Espagne a officiellement reconnu l'État de Palestine lors d'un conseil des ministres, sur la base des frontières de 1967.

"Ce n'est pas seulement une question de justice historique, mais aussi la seule voie vers la paix", a déclaré le président du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, lors d'une allocution solennelle le matin même.

Dans ce palais situé au nord de Madrid, désormais une ambassade, M. Abdel Wahed, ancien ambassadeur de la Palestine en Argentine âgé de 64 ans, adresse en premier lieu ses pensées aux victimes palestiniennes du « génocide » que, selon lui, Israël perpètre à Gaza.

Il a néanmoins souhaité « célébrer » le « petit mais significatif » progrès réalisé par l’Espagne, ainsi que par la Norvège et l’Irlande, qui « réaffirment leur engagement envers l’avenir, la paix et la liberté » du peuple palestinien, explique-t-il.

« La reconnaissance en soi n’est pas un objectif, mais un pas nécessaire pour d’autres pas qui doivent se concrétiser dans la solution des deux Etats », ajoute-t-il. Quant à savoir la portée concrète de cette reconnaissance, il estime que « si elle était seulement symbolique, Israël n’aurait pas réagi avec une telle véhémence ».