Skip to main content
Bah Oury

Sur le chemin de Sékoutouréya, BAH Oury tel un MANDELA (Contribution)

Bah Oury, c'est le leader charismatique de l'union pour la démocratie et le développement (UDD). Sur ses 58 ans, il a l'âge de la Guinée indépendante sous Sékou Touré. Le combat du devenir de la Républicains de Guinée, comprenez bien, c'est le défi de sa génération.

Il est donc temps pour Oury qui capitalise déjà plus de 30 ans d'expériences politiques soutenues par un parcours enrichi de hautes responsabilités au plan institutionnel. Aujourd'hui celui qui semble sorti du lot aux yeux des observateurs avertis a grandi et mûri pour aspirer à présider aux destinées de son pays par le langage de la démocratie et la voie des urnes. Sauf que dans ce contexte où il a fini de cristalliser les espoirs d'un peuple acquis à son leadership responsable, la Guinée se retrouve dans un piège labyrinthique que lui a posé l'actuel Chef d'Etat. Alpha Condé arrivé aux affaires pour servir le République et faire valoir l'autorité de la puissance publique par le respect de la loi, cherche désespérément à torpiller la constitution par une tentative de mise en œuvre d'un projet de référendum constitutionnel.

 La Guinée a dit non. Plus jamais ça. Elle a besoin de faire bloc autour du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), créée pour servir de bras de fer et faire face aux velléités d'un troisième mandat de trop manifestées par le Président sortant Alpha Condé en 2020.

Là, ici et maintenant, surtout au nom de la défense de l'équilibre national, le pays a besoin de ses vaillants fils pour dire non et non.

Aujourd'hui plus qu'hier, BAH Oury, ce banquier de métier fidèle à ses convictions de toujours, s'est montré outré par l'image d'anti démocrate qu'offre son pays du fait de la tortuosité de l'actuel Chef d'Etat.

Il devint, dans ce contexte charnier, plus qu'un chef de parti comme l'UDD, mais le leader des masses et du peuple sur les épaules de qui sont posés les espoirs de la libération d'une Guinée qui n'aura que trop perdu sa boussole démocratique. Péché commun  à certains des dirigeants africains abonnés aux pratiques antis démocratiques. C'est mal comprendre la nouvelle donne.

 

BAH Oury est l'homme qu'il faut pour le fauteuil du palais Sékoutouréya. Parce que c'est lui qui saura réconcilier le pays avec la République. Lui qui a été ministre de la réconciliation, ceci pour épargner Conakry des brimades. De par son discours, il est celui par qui le pays peut remédier à un déficit démocratique alarmant d'une Guinée devenue un facteur d'instabilité et une menace pour la sécurité sous régionale.

Oury de par ses préoccupations montre qu'il comprend que l'enjeu de restaurer l'ordre institutionnel en Guinée obéit à un enjeu de sécurité, de développement et de la démocratie. 

"L’Afrique de l'ouest n'a pas besoin d'un nouveau foyer d'instabilité, elle est déjà confrontée aux attaques djihadistes au Mali, au Burkina Faso et au Niger" a soutenu le leader de l'UDD.

Son aura a franchi les frontières de sa Guinée natale. 

De quoi lui attribuer toute l'estime et la sympathie des pays frontaliers. Sa nouvelle posture a milité en faveur de sa présence à Dakar pour participer, sur invitation du Président sénégalais SEM Macky Sall, au forum international sur la Paix et la Sécurité. Ce fait est une reconnaissance de l'expertise reconnue de BAH Oury sur la question liée aux liens terroristes et des ressources financières.

En attendant l'issue de la présidentielle guinéenne de décembre 2020, comme Nelson Mandela l'a été pour l'Afrique du Sud, Oury reste ce leader qui porte en vérité le combat du peuple et de la nation. C'est aussi lui qui connaît les ressorts sociologiques du peuple avec les intérêts duquel il n'a jamais tergiversé. Regardez dans le rétroviseur.

Difficile et même impossible de cracher sur un profil comme celui de BAH. Des observateurs s'accordent d'ailleurs à dire de BAH Oury ceci :

Il est suffisamment informé et juste pour prendre de bonnes décisions. Suffisamment intelligent pour mener à bien les décisions. Suffisamment diplomate pour tirer l'épingle du pays du jeu. Suffisamment altruiste pour penser à l'avenir de son pays plutôt qu'à son avenir personnel.

Il est clair qu'un Président qui commence par régler son avenir personnel par le tripatouillage de la constitution ne va pas assurer l'avenir  de son peuple. Et s'il pensait à l'avenir de son peuple, son avenir serait réglé.

Malheureusement, en Guinée, tous les présidents qui se sont succédé ont une approche personnalisée du pouvoir et non altruiste.

Vous conviendrez avec nous que BAH Oury n'est pas Sékou Touré qui manquait de diplomatie. Plutôt trop carré, avec lui ça passe ou ça casse. Pour preuve, il a préféré une indépendance tout de suite quand bien même le peuple n'était pas préparé. Il a dirigé malheureusement sans une administration efficace.

BAH Oury n'est pas non plus Lansana Conté qui n'a pas cherché à faire mieux que son prédécesseur pour avoir pêcher par un manque de rigueur dans la gestion.

BAH Oury, nous le présumons positivement suivant ses atouts pour conclure, qu'il serait de loin meilleur que Alpha Condé qui a hérité d'une administration démotivée, désorganisée et d'un peuple de "chacun pour soi et de Dieu pour tous". Une conception qui fragilise l'Etat central.  N'oublions pas les initiatives de Oury en faveur de la paix en tant que Ministre de la réconciliation d'alors. C'est un héros vivant pour la Guinée et l’Afrique.

BAH Oury qui est prêt à faire de sa personne un don de son pays saura opérer une révolution sur la durée une fois au palais Sékoutouréya. La Guinée et sa Diaspora compte sur lui. Il est favori de la course. Redresser la Guinée, c'est sa mission. Qu'il l'assume pour ne pas trahir.

 

Darys JUNIOR

Chef d'entreprise

Expert en entreprenariat et des économies des 

pays du Sud 

 

  • « Moustapha Cissé Lo a trahi Senghor, Abdou Diouf puis Abdoulaye Wade »
  • Serge Michailof sur la crise au Sahel : « la première urgence n’est pas le retrait des troupes françaises »
  • Amadou HOTT magnifie le dynamisme des relations avec le Japon 
  • Sonko interpelle Macron : « il n'y a pas un sentiment anti-français, il y a un sentiment pro-africain » 
  • Apr : le Maire de OGO exhorte certains de ses camarades à enterrer la hache de guerre
pub