productions de gaz et pétrole au sénégal

Malgré la mise en défaut de Far, l’un des partenaires du projet, l’opérateur Woodside dit maintenir son calendrier d’exploitation initial du champ pétrolier Sangomar. Autrement dit, le premier baril de pétrole sénégalais devrait toujours voir le jour en 2023.

Far limited a annoncé à la bourse d’Australie, la mise en défaut de sa filiale Far Rssd Sa, partenaire au sein de l’Association qui opère sur les blocs Rufisque offshore, Sangomar offshore et Sangomar offshore profond (Rssd) dans lesquels se trouve le champ pétrolier Sangomar, informe un communiqué du ministère sénégalais du Pétrole et des Energies daté du 23 juin dernier. La junior australienne détient 15 % de ce gisement pétrolier aux côtés de Woodside energy (35 %, opérateur), Cairn energy (40 %) et Petrosen (10 %).

Après cette mise en défaut d’un des partenaires de l’Association, le ministère susmentionné dit porter une attention particulière à l’évolution de cette situation et enjoint l’opérateur à veiller à ce que cette défaillance « ne mette pas en péril le développement pérenne de la phase 1 du projet Sangomar ».

Cette notification de défaillance intervient à la suite du retard de paiement de Far Rssd Sa, qui disposait d’un délai d’un mois pour régler l’appel de fonds, en guise de contribution financière au projet pour le mois de juin, conformément à ses obligations.

Par conséquent, Far Rssd Sa « n’est autorisé ni à participer aux réunions du Comité des opérations, ni à exercer son droit de vote durant la période de défaillance ». La société australienne dispose d’un délai de six mois à compter de ladite mise en défaillance pour remplir ses obligations aux fins de rétablir ses droits au sein de l’Association.

Dans un autre communiqué, Woodside dit prendre note des récents rapports des médias indiquant que le Sénégal a été contraint de retarder ses premiers projets pétroliers et gaziers jusqu’à deux ans en raison de la pandémie de la Covid-19, mais maintient son calendrier initial : produire le premier baril de pétrole sénégalais en 2023. La phase 1 du projet « reste sur la bonne voie pour 2023, conformément aux directives précédentes », précise l’opérateur dans son document, rappelant que Woodside et ses partenaires de coentreprise ont pris une décision finale d’investissement « inconditionnel » pour la phase 1 de développement du champ de Sangomar et ont commencé les activités de la phase d’exécution en janvier 2020.

Depuis lors, Woodside a pris « des mesures précoces » pour gérer de manière proactive les nouveaux impacts de la Covid-19 sur la chaîne d’approvisionnement et le calendrier du projet. « Nous travaillons avec les maîtres d’œuvre du projet, le gouvernement de la République du Sénégal et nos partenaires de coentreprise pour optimiser les dépenses à court terme, tout en protégeant la valeur globale de l’investissement et livrer le premier pétrole en 2023».