Organe

Enfermées dans des camps d'internement, les minorités musulmanes chinoises serviraient de banque à organes. Des organes appelés "halal" prélevés de force et revendus à prix d'or dans les pays du Golfe.

Il ne fait pas bon être d'une autre ethnie que les Han, la majoritaire, en Chine. Depuis de nombreuses années, les minorités religieuses sont persécutées en Chine. Musulmans, catholiques, Tibétains ou encore Falung gong sont considérés comme des ennemis de l'État de par leurs croyances. En 2014, des camps d'internement ont été construits dans la province du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Le but étant d'y enfermer des centaines de milliers de musulmans Ouïghours, Kirghiz, Hui et Kazakhs. Selon Amnesty International, un million de Ouïghours seraient actuellement détenus sans procès, ni raison particulière. Mais en plus de travail forcé dans ces camps, les organes des détenus seraient prélevés pour être revendus.

Après avoir longtemps nié l'existence de ces camps, la Chine a fini par les reconnaître officiellement, en octobre 2018, sous le nom de « camps de transformation par l'éducation». Certains n'en sortent jamais. Selon bon nombre d'enquêteurs la raison de ces disparitions serait simple : ils seraient tués pour leurs organes.

Depuis 2016, le gouvernement chinois a lancé une vaste campagne de bilan médical dans la province du Xinjiang. Des tests uniquement obligatoires pour ses habitants Ouïghours âgés de 12 à 65 ans. Dans la batterie de tests proposés, du sang est prélevé mais aussi des examens échographiques sont parfois réalisés. Ces derniers permettent de visualiser la taille, la forme et la structure interne d'un organe. Des bilans médicaux douteux que la Chine n'a jamais cherché à justifier.

Pour beaucoup, cela ne fait aucun doute, ces tests permettent de récolter une base de données de futurs donneurs. Le journaliste d'investigation américain, Ethan Gutmann, a travaillé pendant plusieurs années sur les prélèvements d'organes en Chine. Pour lui, il est évident que la Chine tente de garder un œil sur les minorités ethniques à travers ces contrôles médicaux : « Tous les rescapés de camps que j'ai pu interviewer, qu'ils soient Ouïghours, Kazakh, Kyrgyz ou Hui, ont eu des prélèvements sanguins tous les mois. On pourrait se dire que c'est pour éviter des maladies infectieuses mais ce n'est pas possible puisque les Chinois Han représentent plus de la moitié de la population dans le Xinjiang et pourtant ils ne sont pas testés. Ces bilans permettent donc de les surveiller et de potentiellement les repérer pour des prélèvements d'organes. » Grâce à ces tests, le gouvernement peut donc connaître et collecter le groupe sanguin des Ouïghours ainsi que l'état de leurs organes.

La Chine fait partie des pays où le temps d'attente pour une greffe est le moins long. Pourtant dans la culture chinoise, il est important de garder intact le corps après la mort et donc ne pas faire don de ses organes. Alors que les dons d'organes ne sont pas monnaie courante, les donneurs sont pourtant toujours disponibles. Comment la Chine obtient-elle tous ces organes ? L'attente se compte souvent en jours et parfois en semaines. Alors que pour beaucoup de pays, il faut parfois attendre plusieurs mois voire années. Aux États-Unis, il faut en moyenne 3,6 ans pour obtenir une greffe alors que 145 millions de personnes sont enregistrées donneurs d'organes. En Chine, il faut environ 12 jours seulement pour la même demande alors que 373 536 personnes sont enregistrées donneurs d'organes. Certaines personnes apprennent même à l'avance la date exacte de la transplantation. En d'autres termes, les hôpitaux connaissent à l'avance les dates des décès des patients.

Les prélèvements d'organes ne sont pas nouveaux en Chine. Durant de nombreuses années, le pays a prélevé sur des condamnés à mort avant d'annoncer à la communauté internationale en 2015 la fin de cette pratique.

Enver Tohti, un ancien médecin ouïghour, a assisté et participé à des prélèvements d'organes sur des condamnés à mort en 1995. Il a, depuis, fui la Chine. Son chef de service lui a ordonné à l'époque de prélever des organes sur un condamné à mort. « On attendait les coups de feu pour sortir du véhicule dans lequel les autres médecins et moi étions. Il y avait plein de cadavres allongés par terre. Mon chef m'a ordonné de retirer un foie et un rein. Alors c'est ce que j'ai fait », raconte l'intéressé. Sauf que ce condamné à mort était encore en vie. Lorsque Enver Tohti a commencé à opérer l'homme, du sang a jailli, preuve que son coeur battait toujours. « Il a gesticulé. Son corps essayait de lutter mais il était trop faible pour résister. Il n'était pas mort et je lui ai quand même retiré son foie et son rein. Mon chef a récupéré les organes et m'a dit de tout oublier. » Les condamnés à mort ont longtemps servi de banques à organes et rien ne prouve que cette pratique s'est vraiment arrêtée en 2015.

Les Falun Gong sont aussi victimes de prélèvements d'organes et incarcérés dans des camps. Ce mouvement sectaire fondé sur la pratique de la relaxation, poursuivi et réprimé par le gouvernement chinois est considéré comme une menace au parti communiste chinois. L'ancien ministre chinois de la santé, Bai Shuzhong, a d'ailleurs abordé, lors d'appels téléphoniques, l'existence de prélèvements d'organes sur des Falun Gong.

Le China Tribunal a recueilli plusieurs témoignages comme celui Gulbahar Jelilova, une jeune femme kazakh, réchappée d'un camp d'internement. Elle a été détenue pendant un an et trois mois. Emprisonnée avec des femmes Ouïghours, elle a très vite entendu parler des prélèvements d'organes et a constaté la disparition de prisonnières.

Régulièrement, elle devait se soumettre à des examens échographiques ainsi qu'à des prélèvements de sang. Mais avant sa libération, en août 2018, la jeune femme a été emmenée dans une nouvelle prison pour faire un dernier examen médical. Examen qui l'aura peut-être sauvée.

La famille de He Lifiang, un Falun gong, a également témoigné. Après avoir été arrêté, il est mort au bout de deux mois de détention. Sa famille a pu voir son corps et observer une incision recousue sur sa poitrine mais aussi une incision encore ouverte dans son dos. Des zones pour prélever des organes comme un poumon ou encore un rein. Face aux questionnements de la famille, la police répondra qu'il s'agit seulement d'opérations dues à l'autopsie. Un argument qui ne convainc pas la famille He Lifiang. Dans ce même rapport, une autre famille raconte ne pas avoir pu voir le corps du membre de leur famille qui a, sans autorisation, été incinéré.

Les acheteurs viennent du monde entier pour ces greffes d'organes. Les prélèvements servent en partie à alimenter les besoins de la Chine puis de ceux qui ont les moyens de se les payer à l'étranger. Les porteurs étant musulmans, la Chine cible principalement le monde musulman pour acheter ces organes qui n'ont jamais eu d'alcool ou de porc dans le sang.

« Selon plusieurs de nos sources, un prisonnier d'une trentaine d'années rapporterait un demi-million de dollars à lui seul et pouf plusieurs de ses organes »

Erkin Sidick, conseiller du World Uyghur Congress, est l'un des premiers à avoir alerté sur l'existence d'organes halal en croisant plusieurs sources : « Dernièrement, on m'a appris que le Parti communiste chinois avait récemment commencé à transporter une grande quantité d'organes de Ouïghours entre Shanghai et l'Arabie saoudite. Le gouvernement chinois fait la promotion de ces organes halal en Arabie Saoudite pour attirer les musulmans. » Selon lui, il s'agirait de l'une des raisons pour lesquelles plusieurs pays du Golfe (Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis) ont signé une lettre de soutien à la politique chinoise.

En tant qu'étranger, il est très facile de trouver sur Internet des offres attrayantes dans des cliniques privées. De nombreux hôpitaux tentent de séduire les patients internationaux à l'aide de publicités en anglais et les personnes de confessions musulmanes sont directement ciblées. L'hôpital Tongshantang de Pékin propose sur plusieurs de ses sites des transplantations de rein et se vante sur sa chaîne Youtube d'avoir un espace de prière pour musulmans ainsi qu'une cantine halal pour ses patients.

Pour le journaliste Ethan Gutmannn, les organes halal sont vendus à destination des musulmans : « C'est facile. Les hôpitaux chinois vendent les organes et les musulmans qui ont besoin d'une greffe les achètent. » Si aucun prix n'est forcément visible sur les sites, beaucoup estiment qu'il faudrait tripler le prix d'un organe "normal" pour pouvoir se procurer un organe halal. En 2006, le site d'un hôpital chinois proposait par exemple un foie pour 100 000 dollars. Selon plusieurs de nos sources, un prisonnier d'une trentaine d'années rapporterait un demi-million de dollars à lui seul et pour plusieurs de ses organes.

Pendant plusieurs années, le Tianjin Central Hospital a été dans le viseur des organismes luttant contre ce trafic d'organes. Le site de l'hôpital proposait pour les étrangers une version en anglais et en arabe. « Cet hôpital propose environ 5 000 transplantations par an. J'ai recueilli de nombreux témoignages et de preuves sur le nombre croissant de patients venant des pays du Golfe » raconte le journaliste d'investigation Ethan Gutmann. Ce même hôpital a aussi vu son nom être traduit en arabe pour s'adapter à ses nouveaux patients.

Dans la province des Ouïghours, le Xinjiang, l'aéroport de Kachgar permet le transfert d'organes. Au sol, un marquage en chinois et en anglais indique une voie destinée aux transports d'organes. « Cet aéroport se trouve dans une zone peu peuplée ce n'est pas logique. Ce serait logique dans la province du Hunan mais le Xinjiang ne compte que 25 millions d'habitants. Comment peut-on avoir autant d'organes ? » rappelle le médecin ouïghour Enver Tohti dans une interview accordée à VICE, lui qui a assisté et participé à des prélèvements d'organes sur des condamnés à mort.

Mais il n'est pas nécessaire d'être musulman pour espérer un organe rapidement et de plus en meilleure santé puisque le donneur n'a jamais consommé d'alcool. Récemment, plusieurs pays comme le Royaume-Uni, la Belgique, la Norvège, l'Italie, Taïwan, l'Espagne ou encore Israël ont instauré une taxe pour dissuader ceux qui souhaiteraient se rendre dans un pays, notamment la Chine, pour avoir une greffe d'organe. Une décision qui peut être saluée mais qui semble quasiment impossible à mettre en place. À moins de ficher la population qui est dans l'attente d'un organe.

Le peu de transparence de la Chine empêche de savoir où est redistribué l'argent gagné grâce à ce trafic. Pour le journaliste Ethan Gutmann, il y a de fortes chances pour que l'argent soit disséminé dans les hôpitaux, les établissements locaux du Parti Communiste Chinois ainsi que dans les camps d'internement.

Ethan Gutmann a également travaillé sur les nombreuses disparitions des membres des minorités ouïghoures et kazakhes dans le Xinjiang. Son constat est effarant. 25 000 Ouïghours de 25 à 35 ans seraient tués chaque année pour leurs organes selon le journaliste. Toutes nos sources ont affirmé que les cadavres étaient brûlés pour éviter toute preuve.

Avec Vice