Skip to main content
Riziculture

Les riziculteurs sénégalais ont besoin de 4,55 milliards FCFA pour démarrer la campagne 2019-2020

Les riziculteurs sénégalais ont besoin de 4,55 milliards FCFA pour démarrer la campagne 2019-2020

Les besoins de financement exprimés par les producteurs de riz au niveau de la vallée du fleuve Sénégal (Nord) pour la campagne 2019-2020 sont évalués à 4,55 milliards FCFA (environ 7,735 millions de dollars), selon une note de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) reçue samedi à APA.

Par rapport à la campagne 2018-2019, ces besoins de financement connaissent une hausse de 22,7%. « Cette progression des besoins de financement résulte, principalement, du retour de certaines organisations de producteurs (Dagana, Podor et Matam) vers la Caisse nationale de crédit agricole (devenue Banque agricole), suite au remboursement total de leurs dettes ou à l'acceptation de moratoires », précise la DPEE.

Concernant les prévisions d'emblavure pour l'hivernage 2019/2020, elles sont estimées à 35 345 hectares, en baisse de 18,3% par rapport à 2018-2019, du fait, principalement, du recul des surfaces prévues pour le riz (-22,8%), dans un contexte de repli des intentions de mise en valeur des producteurs.

« Au total, prévoit la DPEE, la campagne rizicole 2019/2020 s'annonce moins performante que la précédente, du fait des baisses simultanées des réalisations en saison sèche chaude (-2,2%) et des prévisions de mise en valeur pour l'hivernage (-22,8%) ».

En ce qui concerne la saison sèche chaude, le recul des réalisations rizicoles est expliqué par la non-participation de la délégation de Bakel (Est) et de certaines organisations de producteurs de Podor et Matam qui n'ont pas bénéficié de financement, suite au non remboursement des crédits des campagnes passées.

  • "La faible résorption de la dette intérieure (400 milliards) une grande menace à la survie des PME/PMI", selon Bokk Gis Gis
  • "Le Chef de l'Etat encourage l'impunité" , selon Birahim Seck
  • L’ancien éboueur licencié pour une photo de sieste convoqué par la police à Paris
  • Communiqué du conseil des ministres du jeudi 23 janvier 2020
  • Le virus apparu en Chine n'est pas une urgence de santé publique de portée internationale (OMS)
pub