Skip to main content
UA

L’Union africaine veut occuper un rôle plus important dans la résolution des conflits du continent

Le 33e sommet de l'Union africaine s’est ouvert le 9 février à Addis Abeba en Éthiopie. Au menu des débats : la multiplication des conflits dans le continent, comme en atteste le thème du rendez-vous continental : "Faire taire les armes".

 

Évoquant "le terrorisme, les conflits intercommunautaires et les crises pré- et post-électorales", le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, a évoqué la variété des problématiques auxquelles l'Afrique doit faire face.

Et rappelé que si l'UA a récemment permis de faire avancer la paix en Centrafrique et au Soudan, de nombreux conflits persistent, Libye et Soudan du Sud en tête, tandis que d'autres sont nés, notamment au Mozambique et au Cameroun.

 

Appelant à assortir l'action militaire au combat contre les "causes profondes" des conflits, comme la pauvreté ou l'exclusion, Moussa Faki s'est fait l'écho de la volonté de l'UA d'occuper un rôle plus important dans la résolution des conflits du continent et de cesser de laisser la main aux puissances et organisations extérieures.

 

"Des solutions africaines aux problèmes africains", a-t-il martelé, alors que de nombreux observateurs, en amont du sommet, ont mis en exergue l'échec de l'engagement pris par l'UA en 2013 de "mettre un terme à toutes les guerres en Afrique d'ici à 2020".

 

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a succédé dimanche à l'Égyptien Abdel Fattah al-Sissi, prenant pour un an la tête de l'Union africaine, a confirmé l'orientation de son action, et convoqué un sommet spécial pour le mois de mai, portant sur la résolution des conflits, mais aussi sur la mise en œuvre de la Zlec.

 

Avec AFP

  • L’activiste Ardo Gningue libéré après 4 nuits en détention
  • Saisie de 200 Kg de drogue : comment la SR a fait tomber le réseau de Khar Yalla
  • L’Afrique de l’Ouest en guerre contre le Conoravirus
  • Élections locales : Le Pastef de Ousmane Sonko vise la mairie de Pikine-Est
  • Mike Pompeo : «les États-Unis sont là pour aider le Sénégal»
pub