macron

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, mardi 27 octobre, à Dacca, appelant au boycott des produits français et brûlant une effigie du président Emmanuel Macron, l'accusant même d'"adorer Satan", après que ce dernier a défendu la liberté de caricaturer le prophète Mahomet.

Selon la police, plus de 40 000 personnes participaient à cette marche organisée par un parti islamiste et qui a été stoppée avant de parvenir près de l'ambassade française dans la capitale du Bangladesh.

La manifestation, organisée par l'Islami Andolan Bangladesh (IAB), l'un des principaux partis islamistes bangladais, avait démarré devant la principale mosquée du pays, Baitul Mukarram, située dans le centre de la capitale.

Emmanuel Macron est devenu la cible de manifestations dans plusieurs pays, après avoir promis que la France continuerait à défendre ce genre de caricatures le 21 octobre, lors d'un hommage national à Samuel Paty, un professeur décapité dans un attentat islamiste le 16 octobre pour en avoir montré certaines à ses élèves.

Avec Rfi.fr