dr bousso

Le Sénégal, après l’Algerie et le Maroc, va continuer à utiliser le protocole de la chloroquine pour soigner les malades du Covid-19 malgré la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de suspendre temporairement la molécule, a dit mercredi à l’AFP le directeur du Centre des opérations d’urgences sanitaires.

« Le traitement avec l’hydroxychloroquine va continuer au Sénégal, l‘équipe du professeur Seydi maintient son protocole thérapeutique », a écrit à l’AFP le Dr Abdoulaye Bousso.

Ni le professeur Moussa Seydi, infectiologue qui coordonne la prise en charge des contaminés, ni le directeur de cabinet et la porte-parole du ministère de la Santé n’ont répondu aux sollicitations de l’AFP. Mais M. Bousso a indiqué qu’il s’agissait de la position des autorités sanitaires.

Le professeur Seydi invoque une réduction plus rapide de la charge virale chez le malade traité avec l’hydroxychloroquine et une bonne tolérance au médicament. Il souligne qu’elle n’est administrée qu’en milieu hospitalier avec l’accord du patient et accompagnée d’un électrocardiogramme.

Le Sénégal, comme les autres pays du continent, reste relativement épargné par la pandémie. Il a déclaré 3.253 cas de contamination et 38 décès depuis le 2 mars.

Avec AFP