Harouna Kalidou Gaye

Dans une interview exclusive qu'il a bien voulu nous accorder, le Directeur de l'hydraulique Harouna Kalidou Gaye tire un bilan très satisfaisant du Président de la République son excellence Monsieur Macky Sall, dans le domaine de l'hydraulique. Au cours de cet entretien à bâtons rompus, le jeune ingénieur en génie rural, éclaire, en outre, la lanterne des populations sur certaines questions liées notamment à l'approvisionnement en eau potable dans la capitale. A l'en croire, 2020 augure déjà de belles perspectives dans le secteur de l'hydraulique rurale. ENTRETIEN...

Propos recueillis par Siaka NDONG

Directeur, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Harouna Kalidou Gaye Directeur de l'hydraulique. Je suis ingénieur du génie rural. Je suis également titulaire d'un Master obtenu au Centre d'Etudes Financières Economiques et Bancaire de l'Agence Française de Développement à Marseille et de l'Université d'Auvergne de Clermont Ferrand. Je me défini surtout comme un ingénieur. C'est ma fonction de base, mon métier.

Comment se porte le secteur de l'hydraulique d'une manière générale?

D'une manière générale, l'hydraulique se porte bien. Je commencerai par le rural. De façon globale, nous avons noté depuis l'avènement du Président Macky Sall un regain de réalisations en milieu rural. De 2012 à 2018, quelque 640 forages multi-villages ont été réalisés. Soit 32% du parc en 6 ans. Or, avant son accession à la magistrature suprême, le Sénégal avait 1400 forages. De 2018 à 2019, il va s'y ajouter environs 200 forages aux 640. On peut donc dire qu'il y a eu beaucoup de réalisations qui ont été faites en milieu rural.

Quid de l'alimentation en eau potable en milieu rural?

L'alimentation en eau potable en milieu rural s'est nettement améliorée. Aujourd'hui, on parle d'un taux d'accès global donc y compris les puits modernes, de l'ordre de 94,8% en 2018, en milieu rural. Si on sait qu'en 2012, on était aux alentours de 81,2%. En 6 ans, on a fait un bond de 13,6% de plus pour améliorer l'accès en eau potable des populations rurales. Nous sommes dans une situation assez favorable, en terme d'accès. Il y a une nette amélioration des réalisations, avec les programmes de l'Etat, les partenaires techniques et financiers et avec le PUDC qui est une grande trouvaille du Président de la République du Sénégal.

Qu'en est-il aussi de la situation de l’hydraulique en milieu urbain?

Il y a l'usine de Keur Momar Sarr 3 qui est en cours. il y a l'usine de désalement dont le marché a été attribué. Bientôt les travaux vont être lancés. Il y a le Point K de Diamniadio, c'est une usine qui permet d'enlever le fer. L'eau rougeâtre dont les populations de la banlieue se plaignaient, en réalité, c'est de l'eau ferrugineuse qui venaient des forages de Pout. Nous avons fait aussi l'usine de défluorisation de Fatick. Il y aussi l'usine de défluorisation de Kougheul qui est pratiquement terminée. Il y a le projet de l'usine de défluorisation de Kaolack qui n'a encore démarré. Dans les perspectives de l'hydraulique urbaine, en 2020 il y'aura un avancement significatif dans les travaux d'AEP des villes de Kédougou et de Foundiougne.

Quelles sont les perspectives en milieu rural?

En termes de perspectives, 2020 et les années suivantes verront la mise en oeuvre des projets d'approvisionnement en eau potable des îles de la Basse Casamance sur financement de la BADEA, du PEAMIR avec la Banque mondiale, de la réparation des forages ruraux en panne conformément aux directives de Monsieur le Président de la République et des extensions de réseaux dans le cadre du Budget Consolidé d'Investissement (BCI). 2020 verra également le démarrage d'un projet AEP avec le Fonds Saoudien de Développement dans les régions de Louga et Kaffrine; la poursuite en atteignant sa phase de croisière du projet BID UEMOA dans les régions de Matam, Tambacounda, Kedougou et Kolda; la mise en oeuvre du projet UEMOA Multi-usages d'hydraulique agricole et pastorale dans le département de Tivaouane; 2020 sera aussi l'année du redémarrage du Pudc2 qui prendra beaucoup plus en compte la zone sud; la BAD est également attendue dans le cadre du Forum Mondial de l'Eau Dakar 2021 qui sera un forum de résultats et de solutions. C'est pour vous dire que les perspectives sont bonnes pour l'hydraulique rurale en 2020 et nous notons un intérêt accru des Partenaires Techniques et Financiers pour l'AEP rural et nous les invitons à continuer de nous accompagner car il y'a encore plus d'un million de sénégalais qui n' ont pas accès à l'eau potable par réseaux en milieu rural, ce qui nécessite encore un besoin de financement de l'ordre de 80 milliards Fcfa dans les prochaines années pour atteindre un accès universel en milieu rural tout en continuant de faire face au quotidien au défi de la maintenance en bon état de ces ouvrages.

Au regard de ces belles perspectives, quelle est concrètement la situation de Dakar, en terme d'accès à l'eau potable?

Relativement à l'hydraulique urbaine, la situation s'améliore de plus en plus. Nous avons connu dans un récent passé une situation où il y avait quelques perturbations. Mais qui ont été vite résorbées avec l'apport des forages de Tieudème, dans l'axe Tieudème Bayakh qui a permis d'améliorer très rapidement la situation que vivaient les populations de Dakar. La capitale, c'est une population de près de 4 millions d'habitants, c'est presque le quart du pays. Les besoins en eau sont énorme au niveau de Dakar. Mais au niveau de la Sones et de la Sde, le travail se fait sans relâche. C'est pourquoi, la situation c'est nettement améliorée, ces dernières temps, au niveau de Dakar.