Embalo

Le président autoproclamé Sissoco Embaló a limogé le Premier ministre en place et nommé un autre politicien à ce poste. Le personnel militaire a repris la radio et la télévision publiques, suspendant les émissions. Les portugais ont conseillé de restreindre la circulation à Bissau.

Le président autoproclamé de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló, a déclaré samedi qu’il n’y avait « pas de coup d’État » dans le pays et qu’aucune restriction des droits et libertés des citoyens n’avait été prise.

« Je veux lancer un appel au calme au peuple guinéen et dire que, contrairement aux informations qui ont été transmises par certains secteurs des médias, la Guinée-Bissau ne connaît aucune situation de coup d’Etat », a déclaré Umaro Sissoco Embaló, dans un discours prononcé après la nomination de Nuno Nabian au poste de Premier ministre.

« En fait, aucune mesure n’a été prise pour restreindre les droits et libertés fondamentaux des citoyens, encore moins pour compromettre le fonctionnement normal des institutions de l’Etat », a ajouté Umaro Sissoco Embaló.

Le général a également expliqué qu’il avait décidé en « usant des pouvoirs que la Constitution » lui attribue » de mettre fin à l’anarchie, au désordre et au manque de respect envers les organes souverains, surtout le président de la République, perpétré par un gouvernement qui, par détermination de la Constitution de la République, répond politiquement au chef de l’Etat ».

Umaro Sissoco Embaló, donné comme vainqueur du second tour des élections présidentielles du pays par la Commission électorale nationale, a pris officiellement ses fonctions de président jeudi, lors d’une cérémonie marquée par l’absence du gouvernement, des partis de la majorité parlementaire et des principaux partenaires internationaux du pays, au moment où un recours en contentieux électoral est déposé par la candidature de Domingos Simões Pereira à la Cour suprême de justice.

Umaro Sissoco Embaló a été nommé par le premier vice-président du Parlement de l’époque, Nuno Nabiam, qui a pris ses fonctions de Premier ministre ce samedi, après que le général Embaló a limogé le leader du gouvernement, Aristides Gomes.

D’autre part, à la fin de vendredi, 52 des 102 députés du Parlement de Guinée-Bissau ont nommé le président du Parlement, Cipriano Cassamá, comme chef d’État par intérim, considérant que le président sortant, José Mário, supprimé lors de la présidence du général Umaro Sissoco Embaló.

Pendant ce temps, des militaires guinéens ont renvoyé vendredi des responsables de la radio et de la télévision publiques de Guinée-Bissau et ordonné la suspension des émissions, a déclaré un journaliste à Lusa. Cette action militaire a eu lieu après que le président autoproclamé Sissoco Embaló a limogé Aristides Gomes du poste de Premier ministre et nommé Nuno Nabian pour le remplacer.

Le Premier ministre désormais nommé est le chef de l’Assemblée populaire unie – Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB), qui faisait partie de la coalition gouvernementale, mais qui a soutenu Sissoco Embaló au second tour des élections présidentielles.

Vendredi, Sissoco Embaló a publié le décret de nomination de Nuno Nabian sur son compte Twitter.

Nabian est également le premier vice-président de l’Assemblée populaire nationale et c’est en cette qualité qu’il a symboliquement nommé Sissoco Embaló président jeudi, lors d’une cérémonie tenue dans un hôtel de la capitale guinéenne, qualifié de « coup d’État » par le gouvernement guinéen.

Embaló a limogé Aristides Gomes du poste de Premier ministre, a justifié sa démission par la « performance grave et inappropriée » d’avoir convoqué le corps diplomatique présent dans le pays et l’incitant à ne pas assister à l’inauguration d’Embaló, en plus de « faire appel à guerre et bouleversements en cas d’investiture du chef de l’Etat « , ce qu’Aristides Gomes considère comme un coup d’État.

Sur les réseaux sociaux, Aristides Gomes a déclaré vendredi que les institutions de l’Etat étaient envahies par l’armée, dans un « acte de consommation du coup d’Etat » clair.

« Pendant environ une demi-heure, les institutions de l’Etat ont été envahies par l’armée, dans un acte clair de consommation du coup d’État qui a débuté hier (jeudi) avec l’investiture d’un candidat à l’élection présidentielle », a déclaré Aristides Gomes dans sa page Facebook officielle.

Les Portugais conseillés

L’ambassade du Portugal à Bissau a conseillé aux Portugais résidant en Guinée-Bissau de restreindre la circulation, après les mouvements militaires après le limogeage du Premier ministre par le président guinéen autoproclamé.

« Suite aux mouvements militaires qui ont eu lieu cet après-midi et à une possible augmentation des tensions, avec d’éventuels réflexes en matière de sécurité, la communauté portugaise de Guinée-Bissau, notamment à Bissau, est invitée à restreindre la circulation aux strictement nécessaire jusqu’à ce que la situation soit normalisée « , explique l’ambassade, sur le réseau social Facebook.

Dans le message, l’ambassade ajoute qu ‘ »elle continuera de suivre la situation », déclarant qu’en cas d’urgence, les Portugais pourront contacter le service d’urgence consulaire par les numéros 961 706 472 et 217 929 714 et les adresses e-mail gec @ mne .pt et bissau@mne.pt.

Costa et Marcelo ont reçu Embaló

Le 19 janvier, le Premier ministre et le président de la République ont reçu Sissoco Embaló. Le candidat était à l’époque désigné comme vainqueur de la présidentielle de Guinée-Bissau, mais il y avait déjà des doutes sur la possibilité de prendre ses fonctions.

Pour leurs opposants, ce sont des réunions privées, sans honneurs d’État. Pour Embaló, il y a eu des réunions officielles où l’avenir des relations entre Bissau et Lisbonne a été discuté.

Dans son compte personnel sur le réseau social Twitter, le Premier ministre portugais, António Costa, a écrit qu’il avait rencontré Umaro Sissoco Embaló, une vieille connaissance, avec qui il avait déjeuné, discuté des récentes élections présidentielles guinéennes et aussi de l’avenir des relations entre les deux pays.

Avec le président, la seule note était qu’Umaro Sissoco Embaló a ensuite invité Marcelo Rebelo de Sousa à assister à la cérémonie d’inauguration qui, selon lui, allait avoir lieu le 19 février. Il a fini par prendre ses fonctions jeudi 27, sans la présence d’un représentant international.