ibrahima_sene

Le leader du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), Ibrahima Sène, a une dent contre les manifestants qui s’opposent à la hausse du prix de l’électricité au Sénégal. Sur sa page facebook, il tente d’expliquer cette hausse, avant de qualifier de loups et d’égoïstes ces marcheurs.

« La hausse des tarifs de l'électricité à partir du 1er Décembre 2019 a été décidée par l'Etat pour compenser le manque à gagner pour la Senelec qui se chiffre à 12,191 milliards de FCFA, devant correspondre à une hausse tarifaire de 26,3%. Pourtant, l’ajustement des tarifs du 1er décembre 2019, correspond en réalité, à une hausse de 6%, étant donné que le gouvernement a décidé de supporter les 20,3% restants », explique-t-il d’emblée.

Mais, en tenant compte de sa politique de soutien au pouvoir d'achat qu'il a menée ces trois dernières années, et qui lui a coûté 316,342 milliards de FCFA, le gouvernement a décidé de répartir cette hausse des tarifs de 6% en tenant compte du pouvoir d'achat des clients de la SENELEC les plus démunis, qui sont au nombre de 611.203 familles et qui constituent 54% de la clientèle domestique, qui ne subiront aucune hausse, tout en modérant celle-ci pour les clients moyens qui font 300 000, soit 26 %, avec une augmentation de 2,7%, ajoute-t-il.

Il poursuit : Ainsi, seuls les clients Senelec les plus aisés qui font 20% de l'effectif, vont subir une hausse de 7% à 10%, pour contribuer, par solidarité avec les plus démunis ainsi épargnés de la hausse, à régler le manque à gagner de l'entreprise, et cela, en tenant en compte du fait, qu'ils ont été, compte tenu de leur niveau de consommation de l'électricité, le principaux bénéficiaires des 316, 342 milliards FCFA de subvention consentis par le gouvernement.

A cet effet, il s’interroge sur le sens de marche publique du 10 janvier 2020, pour faire annuler cette hausse. Sène estime que non seulement elle est socialement et économiquement infondée, mais reflète surtout l'égoïsme de ces marcheurs dont la plus part sont parmi les 20% de clients privilégiés de la Senelec.

Les Sénégalais, épris de justice sociale, de paix civile et de stabilité du pays, devraient fortement dénoncer ces activistes qui ne sont que "des loups qui veulent rentrer dans la bergerie en portant une peau d'agneau, a-t-il appelé.