wagane faye

"Suite à des propos de Monsieur Macky SALL Président de la République, rendant publique son intention de procéder à une réforme constitutionnelle, instituant un mandat présidentiel de cinq ans renouvelable une seule fois, je lui avais adressé le 10 février 2016 une lettre ouverte pour le féliciter, mais tout en m’y demandant s’il a tenu compte de ce que son intention si louable soit-elle n’aurait pas que des adeptes autour de lui. J’y avais aussi lancé une idée inédite consistant à couper la poire en deux entre ceux de son entourage qui s’engagent en politique pour contribuer à promouvoir l’intérêt de tous, ceux qui s’y engagent pour leur seul intérêt et qui tiennent à ce que le temps de la cueillette des fruits qu’ils en tirent, dure le plus longtemps possible.

C’est de la bouche de ceux-là que sortent les propositions les plus saugrenues tendant à la suppression de la limitation des mandats présidentiels ou à leur allongement.

A ces derniers, nous rappelons que toute situation sur terre à une fin, surtout si elle dépend d’un mandat présidentiel, renouvelable ou pas, même à vie. On les comprend. La proximité avec celui qui, comme presque partout en Afrique accapare tous les pouvoirs qualifiés d’indépendance pour la galerie, rapporte gros. Y aurait-il un observateur dans l’arène politique qui en âme et conscience peut soutenir le contraire ? Ceux qui tambourinent à la porte de Monsieur le Président, qui s’y bousculent qui ne rechignent pas à ravaler les convictions politiques qu’ils ont si longtemps tenues en bandoulière se distinguent par leur capacité en calcul d’intérêts personnels. Ils vous disent, « qui est fou ? » Pour eux, les avantages et autres privilèges multiformes qu’on peut tirer en devenant troubadour, thuriféraires, béni-oui-oui de tout chef de l’Etat dans les systèmes de gouvernance où la démocratie est un vain mot n’a pas d’égal.

C’est pourquoi on peut considérer comme des héros ceux qui résistent, tant qu’ils résistent à la tentation de se prostituer pour accéder à la vie facile par le biais de la transhumance, de la versatilité de leurs positions en politique, ou au syndicalisme, quelle que soit les prétextes utilisés pour leurrer leur monde.

La philosophie de cette catégorie d’individus ne date pas de l’arrivée de Macky SALL au pouvoir, mais plutôt de la première alternance à la tête de l’Etat. On en a connu bien d’autres, Serigne Mbacké NDIAYE, dont certains, à la mémoire courte tiennent des propos ultra doux à l’oreille de Monsieur le Président de la République gestionnaire des privilèges, d’autres, qui ne parlent de leurs ex-camarades et amis que pour en dire du mal, ceux-ci n’ayant commis que le tort de rester fidèles aux principes qu’ils partageaient avec eux, des années, voire des dizaines d’années durant, préférant la dignité à l’acquisition de privilèges. Il n’y a donc pas que la pratique du « wakhwakhet » qui risque de contribuer à laisser à la jeunesse comme héritage demain le pire des « senegaleses way of life » dans la gestion de notre pays."

Maitre Wagane Faye, avocat à la Cour