Violences

Une Sénégalaise, répondant au nom de Ndèye Sokhna Sané a fait les frais d’une violence inouïe entre les mains de la police de l’air tunisienne depuis le 1er janvier 2020. Elle aurait même été tabassée dimanche soir, quand elle a opposé un refus niet d’embarquer pour un vol forcé à destination de Dakar.

Ibrahima Ba, Secrétaire général de l’association des Sénégalais vivant en Tunisie, considère que la décision de rapatrier sa compatriote est arbitraire. « La seule chose qu’ils aient dite est qu’elle est fichée. C’est le seul semblant d’explication alors qu’elle est bel et bien en règle », explique-t-il, interrogé par nos confrères du quotidien « EnQuête ». Il en veut pour preuve le fait que les autorités tunisiennes aient délivré à la dame une carte provisoire qui devait expirer ce 12 janvier, en attendant de lui céder une carte de séjour.

Mieux, Ndèye Sokhna Sané aurait également eu une autorisation de sortie du territoire, quand elle a passé des vacances d’un mois au Sénégal, entre le 1er décembre 2019 et ce 1er janvier 2020. C’est une fois arrivée à l’aéroport de Tunis Carthage, dans la nuit du jeudi à vendredi à 4h du matin, que son calvaire a commencé. Jusqu’à sa violente expulsion…