Cedeao

La CEDEAO a rendu publiques les conclusions du mini-sommet tenu le 15 septembre à Accra, au Ghana, sur la situation au Mali. L’objectif de la réunion est de permettre aux membres de la junte militaire au pouvoir, le CNSP, de présenter aux chefs d’Etat un schéma et une feuille de route de la transition issus des concertations nationales organisées du 10 au 12 septembre à Bamako.

Après délibération, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont réaffirmé leur exigence pour une transition dirigée par un président et un Premier ministre civils pendant toute la période.

Toutefois, sur la question de la durée de la transition, la CEDEAO semble avoir lâché du lest. Dans le communiqué final de ce mini-sommet, l’institution déclare avoir « pris note de la durée de la transition politique au Mali qui sera de 18 mois maximum », à compter du 15 septembre.

Par ailleurs, l’organisation sous-régionale exige que le CNSP soit dissout « dès le démarrage de la transition civile ».

En réponse à la junte qui a demandé une levée de l’embargo, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont exigé la nomination effective du président et du Premier ministre de la transition avant toute levée des restrictions.