Pharmacie sénégal

L’espoir suscité par la chloroquine dans le traitement de la maladie du coronavirus a entrainé une "véritable ruée" vers ce médicament au point de créer une rupture dans les officines.

"Depuis le débat autour de l’utilisation de la chloroquine les gens viennent demander le médicament pour le garder chez eux alors que ce n’est pas un traitement préventif", a confié à l’APS le docteur Aminata Diop, une pharmacienne.

La chloroquine est aujourd’hui "trés demandée par les populations qui se mettent en danger mais mettent également en danger d’autres malades qui ont besoin de ce médicament pour le traitement de leurs infections respiratoires autres que le coronavirus, de leurs rhumatismes ou de leurs problèmes de dermatologie", a-t-elle souligné.

Selon la pharmacienne, "l’utilisation abusif de la chloroquine sur des sujets sains qui ne présentent aucune affection peut avoir des effets secondaires graves, notamment sur le cœur".

Avec la maladie à coronavirus, fait-elle remarquer, "presque tous les médicaments qui contiennent de la chloroquine sont absents aujourd’hui des rayons des officines, alors que d’autres malades en ont besoin".

Au Sénégal, Pr Moussa Seydi du Service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann a annoncé, mercredi, l’utilisation de la chloroquine dans le traitement des malades à coronavirus, relevant "des résultats encourageants".