LKJ

Ceci montre à quel point les allégations de Ousmane Sonko sont dépourvues d’objectivité et de fondement. Le projet qui doit être réalisé avec Tosyali ne concernera que le 1/10 de la concession totale qui est scindée en trois parties".
La réponse ne s’est pas fait attendre. Aussitôt après la sortie de Ousmane Sonko qui a révélé un scandale sur l'attribution du gisement de fer de Falémé, à la socité turque Tosyali Holding, le Ministère des Mines est sorti de son trou.

Dans un communiqué, les services de Sophie Gladima Siby apportent la lumière sur l’accord de partenariat entre l’Etat du Sénégal et la société Turque.

Après avoir rappelé les péripéties du partenariat qui a lié l’Etat du Sénégal à Kumba ressources et après à Arcelor Mittal, elles indiquent que «de 2014 à 2018, l’Etat a cherché des partenaires et s’est même permis d’organiser des tours de table en Octobre 2015 auxquels il avait convié plusieurs partenaires potentiellement intéressés par le projet Miferso depuis des années», déclare le ministère des Mines.

Dans un communiqué, il ajoute que «c’est lors de la visite du Président Erdogan au Sénégal en mars 2018 que l’Etat a reçu d’intéressantes offres dont celle de Tosyali. Cette importante offre des Turcs a été possible grâce à la bonne gestion du projet Falémé par le Président de la République qui a su éviter un troisième arbitrage. C’est à cet effet qu’en 2014, le projet a été inscrit parmi les projets phares du PSE».

Ainsi, selon le Ministère des Mines, «c’est tout ce processus qui a abouti à la signature d’un M.O.U, c’est-à-dire un accord préliminaire avec la société Tosyali».

«Cette grande société turque a manifesté un intérêt qui colle avec la nouvelle stratégie du projet mettant en avant les intérêts des populations à travers la transformation sidérurgique sur place qui va créer de milliers d’emplois. Jamais un contrat aussi profitable aux populations n’a été initié, depuis que ces gisements ont été découverts. Les contrats définitifs suivront après avis, observations et recommandations des départements ministériels regroupés dans un comité de pilotage et de suivi de la mise en œuvre», indique-t-il.

Pour lui, «ceci montre à quel point les allégations de Ousmane Sonko sont dépourvues d’objectivité et de fondement. Le projet qui doit être réalisé avec Tosyali ne concernera que le 1/10 de la concession totale qui est scindée en trois parties»