Macky sall idrissa seck deal

Idrissa Seck n’a pas encore fini de surprendre les sénégalais. Le nouveau président du CESE et allié de Macky Sall n’a pas fini de nous livrer les raisons de son ralliement. Ainsi, tout semble indiquer que le secrétaire général du parti « Rewmi » a négocié ses propres intérêts au détriment de ceux de la nation.

Hormis le titre et le privilège de diriger une institution de la République, avec un salaire et des fonds politiques, très généreux, l’acteur principal du revirement de situation sur la scène politique sénégalaise, a aussi négocié la restitution de ses biens saisi par le parquet financier de Paris.

En effet, IDY détient une société civile dénommée SCI CIRAS, au capital de 500 000 euros, enregistrée sous le numéro 477 677 496, le 1er juillet 2004. Ladite Société, dont le Siège était au 17 rue du Colisée à Paris, avait comme objet l’acquisition, la construction, la gestion, la location, la mise à disposition des associés de tous immeubles.

Juste que, le nouveau président du CESE, a été pris en flagrant délit par le fisc français. Pour cause, une enquête diligentée par le doyen des juges d’instruction au Pôle financier du Tribunal de Grande Instance de Paris Françoise Neher, faisait état d’irrégularités sur le changement du gérant. Voulant le léguer à sa femme, Ndeye Penda Tall, qui refusa, Idy l’a transmis à sa cousine Ndeye Aminata Niang.

Seulement, les enquêteurs soulignent que les Statuts de ladite Société modifiés suite à l’Assemblée générale extraordinaire du 29 juin 2005, puis déposés le 17 octobre 2005, sont, bizarrement, en date du 08 juillet 2004. Piment sur le gâteau des enquêteurs : la signature de la nouvelle gérante, pour ne pas citer nommément, est ajoutée sur le PV.

«Ce qui a valu le gel des biens et activités de la société SCI CIRAS, par le parquet financier français» selon notre source, qui poursuit d’ailleurs que « la restitution de ces biens faisaient bel et bien partie des sujets de négociation entre Macky et Idy. »

Par ailleurs nous découvrons par la même l’existence d‘un appartenant de notre "Idy nationale", d’une valeur de plus de 800 millions F CFa au 82 boulevard Flandrin, Paris.

Moustapha Ndiaye