Skip to main content
sonko mamour diallo

Affaire des 94 milliards : Où est-ce que se trouve la vérité ? (Décryptage)

Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) analyse l'affaire dite des 94 milliards relatif au titre foncier 1451/R a été révélé au grand public par Ousmane Sonko qui avait accusé l’ancien Directeur des Domaines, Mamour Diallo d’avoir détourné cet argent en complicité avec un certain Tahirou Sarr.  

Comment appréciez-vous les sorties des avocats des deux parties mises en cause dans cette affaire et le rappel à l’Ordre signé du bâtonnier de l’Ordre des avocats ? 

Je l’ai écouté ce matin, il disait qu’il y a des cacophonies dans le milieu des avocats qui sortent souvent dans la presse alors que les dossiers sont en justice ou en voie de l’être. Il a pris comme référence aussi la sortie de El Hadji Diouf, quand il sortait pour faire une vidéo. A mon avis il (le bâtonnier : ndlr) veut éviter que les dossiers se défendent plutôt dans les médias qu’en justice. Le moment choisi peut être discutable. Mais il (le bâtonnier : ndlr) aurait pu prendre cette décision bien avant que les avocats ne sortent. C’est une cuisine interne entre les avocats et ils pourront réagir par rapport à cela. Mais ça c’est une décision du bâtonnier qui veut encore apporter plus d’ordre, plus de cohésion dans leur démarche et éviter de descendre dans l’arène politique.

 

L’impact de la politique sur les affaires judiciaires

L’impact de la politique sur les affaires judiciaires. Les avocats souvent sont mêlés dans ces feuilletons politico-juridiques, judiciaires mais il faudrait aussi qu’il y ait beaucoup plus de professionnalisme en leur sein, qu’ils puissent trouver des arguments juridiques pour défendre les dossiers plutôt que de mobiliser l’opinion publique seulement : ça c’est l’affaire des politiques. C’est très difficile, parce qu’on est dans le champ politique. Maintenant c’est au niveau de l’Ordre des avocats de trouver le juste milieu. Il faut qu’ils en discutent. Au bâtonnier, recommande-t-il d’appeler ses collègues pour trouver une formule qui puisse arranger le corps, qu’ils ne puisent pas léser les parties concernées ».

Quid des appréhensions du leader de Pastef ?

Ousmane Sonko est connu dans le milieu depuis le début comme quelqu’un qui alerte, c’est presque un lanceur d’alerte. De l’autre côté on lui reproche de n’avoir pas répondu quand il s’agit d’aller donner les preuves de ses accusations. Il peut aussi les brandir, les montrer.

Comment comprenez-vous l’absence de plainte de la part de Mamour Diallo ?

De l’autre côté également, ce que je ne comprends pas, c’est l’absence de plainte de la part de Mamour Diallo qui serait diffamé. On ne voit pas encore la plainte. Ce retard aussi est un peu suspect, depuis lors on en parle, depuis quelques mois et il n’y a pas eu de plainte.

S’il y a une plainte, comment le procureur va-t-il réagir ?

C’est une affaire dont personne ne sait encore où est-ce que se trouve la vérité. Il vaut mieux que la justice se saisisse pour que la vérité puisse éclater. On sait que l’Ofnac a été déjà saisi, il reste au procureur de s’autosaisir… Que ce dossier soit un dossier que le procureur puisse régler.

 

 

  • Amadou Bâ, un menteur hors-pair ( Par Moïse Rampino)
  • 14 pays élus au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU
  • Un deal en tractation depuis 2012 se concrétise une réconciliation Macky/Wade, sur le dos des Sénégalais surpris (Par Mandiaye Gaye)
  • Le rappeur et activiste Karim Xrum Xak aurait été empoisonné en prison
  • Le Ministère des Affaires Etrangères dément avoir pris des engagements visant à réhabiliter Karim Wade
pub