Skip to main content
Abdou Karim Sall

Abdou Karim Sall : « 10.000 jeunes seront recrutés pour reverdir le Sénégal »

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a annoncé le recrutement en 2020 de 10.000 jeunes sénégalais, par l’Agence de la reforestation et de la grande muraille verte, pour des actions ‘’d’envergure’’ de reboisement, en vue de reverdir le Sénégal.

‘’L’Agence, avec le budget programme de 2020, a l’ambition de transformer nos villages en villages verts mais aussi nos forêts et nos campagnes en espaces verts’’, a-t-il dit, lors du vote du budget de son département.

 

Réagissant aux interpellations des députés sur le PSE (Plan Sénégal émergent) vert, il a jugé qu’il était impératif que toute la population sénégalaise accompagne la volonté du chef de l’Etat, de faire du Sénégal ‘’un pays vert’’.

‘’Nous invitons l’ensemble des parties prenantes à s’engager dans cette voie pour atteindre cet objectif de reverdir notre pays’’, a lancé Abdou Karim Sall.

 

Il a donné en exemple l’Ethiopie qui, en 24 heures, a pu planter 335 millions d’arbres. ‘’Cette action d’envergure ne peut être réalisée qu’avec la contribution et la participation de tous les citoyens’’, a insisté le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Près de 2 millions d’hectares de terre seront reboisés d’ici à 2030, à raison de 200.000 hectares par an, a révélé le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall.

 

 

Il s’exprimait, samedi, au cours du vote du budget de son département. Ce budget a connu une baisse de près de 2 milliards de francs CFA pour s’établir à plus de 25 milliards de franc CFA et s’articule autour de quatre programmes. Il s’agit de la lutte contre la désertification, la biodiversité, la lutte contre les pollutions, nuisances et effets néfastes des changements climatiques, et enfin, le pilotage, la coordination et la gestion administrative.

‘’Ce qui se passe dans le sud du pays est inacceptable. J’ai constaté l’ampleur des dégâts. Il en est de même pour les régions de Matam et Louga. Dans cette partie du Sénégal, nous avons besoin d’un plan de reboisement pur atteindre nos objectifs’’, a-t-il dit aux députés.

 

Selon les statistiques, chaque année, le Sénégal perd 40.000 hectares, à cause de la dégradation des terres et de la déforestation. ‘’Les actions de reforestation ne permettent d’atteindre que 10.000 hectares par an. Ainsi, il faut multiplier par 30, pour atteindre cet objectif’’, a expliqué Abdou Karim Sall.

Il a rappelé que depuis la conférence de Bonn, en Allemagne, les pays se sont engagés à reboiser 150 millions d’hectares à l’horizon 2020.

 

Cet objectif a été révisé en 2014 lors du sommet de New York sur les changements climatiques, qui a porté cet objectif à 350 millions d’hectares, en vue d’atteindre les objectifs sur la séquestration du carbone pour faire face aux effets du réchauffement climatique, signale-t-il. Cela devrait permettre de séquestrer d’ici à 2030, 2 millions d’hectares de carbone.

 

‘’Cet objectif va permettre, pour le Sénégal, à l’horizon 2030, de séquestrer 1,7 millions de gigatonnes de carbone par an’’, a indiqué le ministre. Il est revenu sur deux principaux leviers pour réduire les émissions de CO2 pour lutter contre les effets climatiques : les industries et les transports.

‘’Avec le reboisement, je pense que le Sénégal s’est engagé pour apporter sa contribution dans le cadre de la lutte efficace contre les effets du changement climatique’’, a-t-il souligné.

  • 33 organisations vont manifester contre la hausse du prix de l’électricité ce vendredi à Dakar
  • Protection de la vie privée des enfants en ligne : YouTube introduit un nouvel outil d'auto-désignation
  • 71 soldats tués à Inates : trois jours de deuil national décrétés au Niger
  • Sadio Mané élu meilleur joueur africain de l’année 2019 par l’Union des Confédérations Sportives Africaines
  • Plainte en diffamation contre Madiambal Diagne : L’ancien PM Abdoul Mbaye gagne son procès
pub