Skip to main content
Emmanuel Macron

Tuerie à la préfecture de police : Macron appelle les Français à « faire bloc » contre « l’hydre islamiste »

Lors de l’hommage ce mardi aux quatre policiers assassinés par un de leur collègue radicalisé, le Président de la République a désigné clairement l’extrémisme islamiste comme une cible prioritaire.

Une « société de la vigilance », unie pour « faire bloc contre l'hydre islamiste. » C'est ce qu'a appelé de ses vœux ce mardi matin Emmanuel Macron, dans son discours prononcé en hommage aux quatre policiers tués jeudi par un de leurs collègues de la Préfecture de police. Vers 10h30, c'est Christophe Castaner qui, le premier, s'est présenté face aux quatre cercueils alignés dans la cour du 19 août 1944, chacun drapé d'un drapeau tricolore.

À Damien Ernest, Anthony Lancelot, Brice Le Mescam et Aurélia Trifiro, le ministre de l'Intérieur a remis à titre posthume les insignes de chevalier de la Légion d'honneur. En arrière-plan : le monument aux morts égrène par centaine les noms de ces « camarades victimes du devoir », gravés dans le marbre.

Peu après, suivi du Premier ministre, Emmanuel Macron s'est avancé à son tour, s'engouffrant de longues minutes dans la tente où avaient pris place les familles et proches des victimes. Lorsqu'il en ressort, le léger crachin s'est mué en une pluie battante. Vêtu d'une simple veste, le président prend place face aux dépouilles des victimes pour un long moment de recueillement.

  • Amadou Bâ, un menteur hors-pair ( Par Moïse Rampino)
  • 14 pays élus au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU
  • Un deal en tractation depuis 2012 se concrétise une réconciliation Macky/Wade, sur le dos des Sénégalais surpris (Par Mandiaye Gaye)
  • Le rappeur et activiste Karim Xrum Xak aurait été empoisonné en prison
  • Le Ministère des Affaires Etrangères dément avoir pris des engagements visant à réhabiliter Karim Wade
pub