Skip to main content
Brigitte Macron

Pourquoi le gouvernement brésilien s’en prend-il à Brigitte Macron ?

Après les propos provocants du président brésilien, c’est au tour d’un de ses ministres de s’attaquer au physique de la première dame française. Pourquoi les dirigeants brésiliens s’acharnent-ils ?

« Vraiment moche. » Entre les dirigeants brésiliens, ce sera donc au commentaire le plus misogyne envers Brigitte Macron. Ce nouvel assaut contre la première dame française vient du ministre de l'Économie du Brésil. « Le président l'a dit, et c'est la vérité. Cette femme est vraiment moche », a déclaré Paulo Guedes lors d'une rencontre avec des hommes d'affaires à Fortaleza, dans le nord-est du pays, le jeudi 5 septembre.

Des attaques personnelles répétées

Il fait ainsi référence aux propos tenus par Jair Bolsonaro, le président brésilien, le 25 août dernier. Sur Facebook, le dirigeant avait répondu à une publication d'un internaute comparant, photos à l'appui, les premières dames française et brésilienne avec la mention « Vous comprenez pourquoi Macron persécute Bolsonaro? ».

Le président brésilien avait alors commenté la publication en écrivant : « N'humilie pas le type. Mort de rire ». Une bassesse qui a choqué, tant en France qu'au Brésil où de nombreux citoyens, dont l'écrivain Paulo Coelho, ont tenu à présenter leurs excuses à Brigitte Macron, via les réseaux sociaux. Le même jour, le ministre de l'Education brésilien, Abraham Weintraub avait traité Emmanuel Macron de « crétin prétentieux » dans un tweet, en référence à l'opposition du président français à l'accord de libre-échange UE-Mercosur.

Quelques jours plus tard, le 28 août, Jair Bolsonaro avait retiré son commentaire insultant envers Brigitte Macron de Facebook. « Afin d'éviter une mauvaise interprétation, le commentaire a été retiré du réseau social » avait alors annoncé le porte-parole de la présidence brésilienne.

Les provocations, la « marque de fabrique » de Bolsonaro

Mais rebelote avec les propos du ministre de l'Économie une semaine plus tard, le 5 septembre. Pour Gaspard Estrada, politologue spécialiste du Brésil, ce genre de débordements est tout à fait caractéristique du « style Bolsonaro ».

Lefigaro

  • Entretien avec Anta Babacar Ngom, PDG de Sedima
  • Le cimetière mixte de Joal Fadiouth, symbole de la tolérance religieuse
  • Une fille de 12 ans meurt électrocutée par la ligne à haute tension de la Senelec
  • Terrain Sacré-cœur 3 : Un jeune tué par la foudre, lors d’un match de football
  • Afrimarket placée en liquidation judiciaire, les raisons d’un échec
pub