Skip to main content
Accès au logement : Macky Sall offre 100 hectares à la diaspora sénégalaise

Accès au logement : Macky Sall offre 100 hectares à la diaspora sénégalaise

Le Directeur Général d'appui des Sénégalais de l'extérieur a annoncé récemment la mise en place avant la fin de l'année d'une Fédération Nationale des Sénégalais de retour.  Dans un entretien qu'il a bien voulu nous accorder, Sory Kaba a également déclaré que le Président de la République a mis à la disposition des Sénégalais de la diaspora, au niveau du Lac Rose, quelque 100 hectares. Et ce, pour leur faciliter l'accès au logement. Dans la foulée, il a en outre, indiqué que dans le cadre du renforcement de la gouvernance migration, 7 Bureaux d'accueil, d'orientation et de suivis ont été ouverts à l'intérieur du pays. 

(Propos recueillis par Siaka NDONG)

 

Quelles sont les perspectives à moyen et long terme pour une meilleure prise en charge des sénégalais de l'extérieur? 

 

 C'est d'abord faire de sorte que tous les départs soient réguliers. Tous ceux qui quittent le Sénégal ne le quittent pas de façon irrégulière. Nous allons renforcer le processus de gouvernance migratoire. Mais, au niveau territorial, nous avons déjà ouvert 7 bureaux d'accueil, d'orientation et de suivis dans 7 régions du Sénégal. Les 7 autres régions seront ouverts d'ici la fin de l'année, pour que nous puissions avoir 14 instruments en raison d'un par région. Et ils vont jouer un rôle important en matière de sensibilisation, en matière d'accompagnement et en matière de renforcement de capacités des familles des sénégalais de l'extérieur ainsi que les sénégalais de l'extérieur eux même. On a mis également en place dans chaque région, une association, une fédération des associations des sénégalais de l'extérieur de retour. Parceque, la question du retour, il faut qu'on lui donne un statut privilégié, pour que le Sénégalais n'ait plus peur de rentrer. Et donc, ceux qui sont rentrés, on les a organisé en association. Et ces associations font l'objet d'une fédération par région. Et nous allons mettre d'ici le 18 décembre prochain, la Fédération Nationale des sénégalais de la diaspora de retour. Ce qui sera également un bon interlocuteur, par rapport aux stratégies que nous développons. L'autre défi, c'est que nous faisons un focus. Parceque le Plan Sénégal Émergent (PSE) est dans sa deuxième phase de mise en œuvre. Et cette deuxième phase fait appel à un fort capital humain, du personnel qualifié pour que les projets qui sont en train d'être déroulés par le Président de la République puissent avoir tout le personnel requis pour sa mise en œuvre. Donc, une bonne stratégie est en train d'être déroulée pour la mobilisation des compétences au niveau de la diaspora. Nous les appelons "compétences hautement qualifiées". Nous avons trouvé du pétrole, du gaz, il y a de l'or.  Et ces ressources naturelles-là, si on n'a pas nos compétences à nous et que des étrangers viennent pour l'exploiter à notre place, ça sera une véritable perte pour nous. Donc, on mettra aussi à contribution la diaspora sénégalaise pour que dans ces différents domaines, que chacun puisse nous dire la part qu'il voudrait apporter pour le développement économique  du pays. Il est évident qu'en matière d'accès aux documents administratifs, le Président de la République, a fait un effort important.  Parce qu'aujourd'hui, nous avons huit Centres de production de passeport à travers le monde. Et un neuvième centre est en train d'être ouvert en Afrique du Sud. Et il a donné des instructions pour que le dixième et le onzième s'ouvre au Canada et au Brésil. Pour ça aussi, nous y travaillons pour que la gestion de l'accès aux documents administratifs soit un vieux souvenirs. Parceque, c'est un vrai problème, dès lors qu'il y a un important projet d'informatisation de l'état-civil au niveau national qui va faciliter la relation avec les missions diplomatiques et consulaires, pour qu'on ait des fichiers communiquant, donc ça facilitera l'accès à ce document-là.  Et enfin maintenant, la gestion de l'accès à l'immobilier. Les Sénégalais de l'extérieur tiennent énormément à l'accès à l'immobilier. Dans ce domaine-là, le Président de la République a décidé de mettre à la disposition de la diaspora au Lac Rose, 100 hectares qui feront l'objet d'une répartition entre les différentes coopératives d'habitat. Et ça aussi, nous y travaillons ardemment, pour qu'ils puissent être satisfait, à l'image de ce qui est fait au niveau national pour les nationaux, en matière d'accès auc logements sociaux, entre autres problématiques et perspectives sur lesquelles nous travaillons. 

 

La rationalisation des missions diplomatiques et consulaires ne va-t-il pas impacter négativement sur le travail que vous êtes en train d'abattre ? 

 

Non non. Je ne le penses pas. Quand la plus haute autorité notamment le Président de la République prend certaines décisions sur la base d'information de haute qualité, la rationalisation des dépenses à l'étranger ne peut être  que positive. Parce que, ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui, vous prenez toute la Scandinavie, il n'y a qu'une seule Ambassade qui est basée au Pays-Bas et qui gère tous les pays de cette zone. C'est vrai, on me dira, qu'il faut qu'on fasse beaucoup d'efforts pour qu'il y ait un tissu consulaire et diplomatique dense dans cette zone. Mais au moins cette Ambassade  répond aux attentes et aux préoccupations de la diaspora sénégalaise dans toute cette zone de Scandinavie. Si on prend le Mali, un très grand pays, il y avait une Ambassade et un Consulat. On a fermé le Consulat. Et l'Ambassade a pris le relais et joue pleinement son rôle. Et les sénégalais ne se plaignent pas. Quand il y a rationalisation, cela ne veut pas dire qu'il y aura problème.

 

Le mot de la fin?

 

Le mot de la fin, c'est d'incister sur un point sur lequel on a beaucoup travaillé, la relation de confiance entre l'État du Sénégal et sa diaspora. Sans confiance, la diaspora ne voudrez pas se mobiliser pour investir au Sénégal. Sans confiance, la diaspora ne voudrez pas se mobiliser pour un projet de retour au Sénégal. Sans confiance, il y aura toujours des difficultés pour harmoniser et organiser la diaspora, en vue de la mettre en contribution pour le développement social et économique du Sénégal. Donc, l'appel que je lance, c'est que tous les acteurs, sans exception, la diaspora elle-même, que  nous puissions travailler à consolider ce climat de confiance entre l'État du Sénégal et sa diaspora à travers le monde. Ça me semble important. Et à la limite une condition sinequanone pour une réussite des initiatives en leur faveur. 

  • Amadou Bâ, un menteur hors-pair ( Par Moïse Rampino)
  • 14 pays élus au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU
  • Un deal en tractation depuis 2012 se concrétise une réconciliation Macky/Wade, sur le dos des Sénégalais surpris (Par Mandiaye Gaye)
  • Le rappeur et activiste Karim Xrum Xak aurait été empoisonné en prison
  • Le Ministère des Affaires Etrangères dément avoir pris des engagements visant à réhabiliter Karim Wade
pub