Abdoulaye daouda diallo

Un appel d’offres sera lancé par l’Etat pour la vente de 30 hectares de l’aéroport de Yoff, qui peuvent lui rapporter "un peu plus de 60 milliards de francs CFA", a annoncé mercredi le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

L’appel d’offres permettra de "vendre les parcelles" de cette partie de l’aéroport aux "Sénégalais qui seraient intéressés", a déclaré M. Diallo dans une interview à la RTS1, la télévision publique sénégalaise. Quelques heures avant la diffusion de cette interview, le président de la République a annoncé en conseil des ministres avoir confié à la Caisse des dépôts et des consignations (CDC), un démembrement de l’administration financière publique, une "assiette foncière" de 30 hectares se trouvant dans l’aéroport de Yoff, à Dakar.

Selon le communiqué du conseil des ministres, Macky Sall a pris cette décision pour que la CDC puisse procéder à "des offres publiques d’aménagement et de vente répondant aux principes de transparence et de rentabilité pour l’Etat", sur la superficie en question.

L’annonce de cette décision survient à la suite d’une vive polémique à propos d’acquisitions de terres dénoncées par des militants de la société civile. Ces derniers reprochent à l’Etat de vendre ou de laisser des promoteurs immobiliers vendre des terres du littoral, lesquelles, selon eux, ne doivent être l’objet d’aucune transaction.

L’aéroport de Yoff, très peu utilisé depuis l’ouverture de l’aéroport international Blaise-Diagne en 2018, "restera en activité", a précisé Abdoulaye Daouda Diallo, ajoutant que 30 autres hectares de cette infrastructure aéroportuaire vont "servir à régler un certain nombre de problèmes, notamment des contentieux" liés à la terre.

Il s’agit de "désaffectations [de terrains] mal faites", qu’il faut "corriger", parce que des "Sénégalais [ont été] lésés" après avoir acquis des parcelles à usage d’habitation auprès de l’Etat, a expliqué M. Diallo.