Abdel Fattah al-Sissi

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a ratifié mercredi 29 juillet une loi interdisant les militaires d’active et à la retraite d’être candidats à la Présidence ou au Parlement sans l’accord de l’armée.

Jusqu’à présent, les membres de l’armée étaient autorisés à mener une carrière politique, à condition seulement d’abandonner leur métier ou d’être déjà à la retraite. Les militaires en exercice, eux, étaient officiellement tenus au devoir de réserve et interdits d’avoir une quelconque activité politique. Le CSFA, entité puissante au sommet de l’armée, est dirigé par al-Sissi depuis 2014.

Ce changement législatif intervient alors que les Egyptiens ont largement voté l’année dernière lors d’un référendum en faveur d’amendements constitutionnels qui permettront potentiellement au président Sissi, lui-même un ancien maréchal élu en 2014, puis réélu en 2018, de rester au pouvoir jusqu’en 2030.